lundi 5 octobre 2015

#Bleue de Florence HINCKEL

Titre : #Bleue
Auteur : HINCKEL, Florence
Editeur : Syros
Collection : Soon
Année : 2015
Genre : Science-Fiction

Résumé : Depuis la création de la Cellule d’Éradication de la Douleur Émotionnelle, la souffrance psychologique n’a plus cours. Il suffit de se faire oblitérer, et on ressort comme neuf ; seul un point bleu à l’intérieur du poignet garde la trace de cette douleur effacée. L’intervention est obligatoire pour les mineurs. Les adultes, eux, ont le choix. Le jour où sa petite amie Astrid se fait renverser par une voiture, le jeune Silas est aussitôt emmené par les agents en combinaison jaune. Le lendemain, lorsque ses parents viennent le chercher, le garçon se sent bien. Tout n’est-il pas pour le mieux dans le meilleur des mondes ?

Mon avis :  J'ai trouvé ce roman très intéressant quant aux thèmes abordés et comment ils y sont traités. Nos héros sont confrontés à l'omniprésence d'internet dans la vie quotidienne. Plus besoin de police puisque chacun voit ce que l'autre fait via les réseaux sociaux !

Nous sommes ici dans une société où la douleur y est proscrite ; ainsi pour gouvernement en place (mais qu'on ne voit jamais), le bonheur interdit la douleur physique ou morale et les gens subissent l'OBLITERATION !  Avec en conséquence la paix sociale puisqu'il n'y a  plus de crime, plus de violence (puisque la douleur engendre la violence ) ! Mais  les gens ne ressentent plus aucune émotion et deviennent insensibles et ne ressentent plus rien !

L' oblitération est encore choisie pour les adultes alors qu'elle est forcée pour les enfants et adolescents jusqu'à 18 ans ! Ainsi Astrid, Silas commencent à se demander où est le libre arbitre dans tout ça et si ils vivent vraiment en démocratie !

L'auteur aborde des sujets vraiment d'actualité et qui nous force à se poser des questions sur les dérives de la société du tout numérique où L'internet est partout, tout le monde est connecté avec tout le monde et on n'a finalement plus le droit d'avoir une vie privée.

Dans le roman, on voit que la résistance contre l'oblitération est difficile puisque le groupe SOS qui essaye de lutter contre  n'arrive pas à se faire entendre puisque les médias sont muselés et ne donnent que des infos édulcorées, sous prétexte que les gens ne doivent pas ressentir de douleur émotionnelle ! Et pour finir, un contrôle de la société !

Le roman est divisé en 3 parties avec à chaque fois le point de vue de Silas puis d'Astrid. Cela donne de l'allant à l'histoire.
J'ai préféré la deuxième partie avec le point de vue d'Astrid qui pose plus de questions et relance le roman. Dans la première partie, je n'ai pas trop aimé la réaction du père de Silas qui réagit bizarrement par rapport au comportement de Silas après son oblitération alors qu'il en connaît les effets !

J'ai vraiment beaucoup aimé la relation fusionnelle entre Silas et Astrid ; il y a de très beaux passages assez poétiques sur l'amour qu'ils éprouvent l'un pour l'autre.

Finalement, une fois rentrée dans le roman,  j'ai passé un bon moment de lecture !

Ma note : 4/5.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire